Universalité de l’internet – Unesco

Plus tard, il pourra varier dans ce qu’il affirmera ; il ne variera guère dans ce qu’il nie. A ce rythme-là, il faudra attendre le 1er trimestre 2018 pour voir le PIB restaurer son niveau d’avant crise. À moins qu’ils ne se décident, entraînant avec eux leur pays, à aller prendre ce qu’on leur refuse. souvent illisible pour les praticiens et diffusée confidentiellement. Cela est même (si l’on veut) probable, mais non démontrable ; et nous ne sommes pas obligé, pour notre but, de nous arrêter à la discussion de cette hypothèse. Le reflet ne se laissera d’ailleurs pas confondre avec l’objet, car celui-ci a tous les caractères de la perception, celui-là est déjà souvenir : s’il ne l’était pas dès maintenant, il ne le serait jamais. Universalité de l’internet – Unesco aime à rappeler cette maxime de Pierre Desproges « J’aime bien les histoires qui finissent mal. Ce sont les plus belles car ce sont celles qui ressemblent le plus à la vie ». Et il s’en tira, sans explication, par cette expression méridionale, qui ne veut rien dire et qui laisse tout entendre : « Sait-on jamais quand les choses sont bonnes ? Quoique l’effet utile soit égal, l’effort est moindre. Morceler des cultures en séparant le bon grain et l’ivraie, on peut douter qu’un tel désossage de l’empirique permette l’accès à l’universel. En 2000, nommé commissaire au sein de la toute nouvelle Commission de régulation de l’énergie (CRE), le syndicaliste observe, sans la cautionner, l’ouverture du marché de l’électricité et du gaz, et en tire la forte conviction qu’il faut l’accompagner d’un renforcement de la protection des consommateurs et des plus fragiles. Tout d’abord un droit à l’erreur. De degré en degré, on sera amené à définir l’attention par une adaptation générale du corps plutôt que de l’esprit, et à voir dans cette attitude de la conscience, avant tout, la conscience d’une attitude. Bien idéologique et caricatural. Pas la peine d’en rajouter : à Davos, c’est l’Europe qui inquiète, et cela risque de ne pas s’arranger de sitôt. Tant qu’une telle démonstration n’est pas trouvée, l’esprit ne se sent pas satisfait : il ne l’est pas, parce qu’il ne lui suffit point d’étendre son savoir en acquérant la connaissance d’un plus grand nombre de faits, mais qu’il éprouve le besoin de les disposer suivant leurs rapports naturels, et de manière à mettre en évidence la raison de chaque fait particulier. La sagesse des Romains leur fit prendre un meilleur parti en établissant de nouvelles lois. Mais antérieurement à cette mathématique formulée, qui renferme une grande part de convention, il y en a une autre, virtuelle ou implicite, qui est naturelle à l’esprit humain. La qualité de sa base de données, d’une taille sans équivalent, lui donne une responsabilité qui, mal gérée (ou plutôt trop bien gérée !) peut se retourner contre lui. Rétroactivement il a créé sa propre préfiguration dans le passé, et une explication de lui-même par ses antécédents. Quand vous levez le bras, vous accomplissez un mouvement dont vous avez intérieurement, la perception simple ; mais extérieurement, pour moi qui le regarde, votre bras passe par un point, puis par un autre point, et entre ces deux points il y aura d’autres points encore, de sorte que, si je commence à compter, l’opération se poursuivra sans fin. Toute l’expérience allemande n’est pas bonne à copier, loin de là, mais notre avenir dépend de notre place au sein de l’Europe et de la place de l’Europe dans le Monde. Et les leaders d’entreprises et politiques africains regorgent d’optimisme quant à l’avenir du continent. Au-delà de la question de l’avenir de la mutualisation des risques, l’exploitation des objets connectés par les assureurs pose une autre question de taille : où doit s’arrêter la collecte des données pour respecter la vie privée des utilisateurs ? Ces quatre idées elles-mêmes en impliquent un grand nombre d’autres, qu’il serait intéressant d’analyser à leur tour parce qu’on y trouverait autant d’harmoniques, en quelque sorte, dont la thèse du parallélisme donne le son fondamental. Si on aide tellement les réalistes, c’est qu’ils sont dans l’immédiatement compréhensible, le communément accessible, le sujet. Mais pourquoi grouper ensemble des choses aussi différentes, leur donner le même nom, et suggérer ainsi l’idée d’une parenté entre elles ? Jaap de Wit, professeur d’économie des transports à l’Université d’Amsterdam, a récemment consacré un article de recherche à cette question. Ceci n’est pas un détournement de l’argent des impôts, au contraire cela contribuera à maintenir sur le territoire national les fortunes existantes, au lieu de faire le bonheur des paradis fiscaux. On peut toutefois se demander si cette lutte brutale est le seul moyen qu’emploie la puissance secrète qui s’y manifeste. Il suffit alors, pour la rendre comique, de mettre en pleine lumière l’automatisme de celui qui la prononce.

Publicités