Remettons les marchés réglementés au centre du jeu

En réalité, le succès Allemand repose aussi sur des éléments qui n’ont rien à voir avec les réformes Hartz : un effet démographique (moins d’enfants, donc moins de dépenses publiques ; moins de tensions sur le marché du travail), la modération du prix des logements (stables sur dix ans là où ils ont été multipliés par 2,5 en France), qui a permis de maintenir des salaires bas.De là l’idée d’un ordre général de la nature, le même partout, planant à la fois sur la vie et sur la matière.— Un mot ?Quelques-uns sont obsédés de ce que seront leurs traces personnelles.Le ton est donc donné, mais on aurait tort de penser que ereputation veut entamer tout de suite un bras de fer.Or il y a là quelque chose de fondamentalement contradictoire, car l’interaction utilisée pour coupler les qubits entre eux et effectuer un calcul quantique est elle-même source de décohérence.L’enten­dement serait tombé du ciel avec sa forme, comme nous naissons chacun avec notre visage.Capitaliser sur l’expérience client  : les entreprises, en proposant aux consommateurs une expérience d’achat sans faille et en développant des programmes de fidélisation, peuvent alors créer une relation gagnant-gagnant avec leurs clients. Il est vecteur d’inégalités, et ne prospère que parce que les principes démocratiques n’ont pas encore pénétré l’économie et le travail.C’est donc en vain qu’on prétend rétrécir la finalité à l’individualité de l’être vivant.Si davantage d’individus parviennent à reconnaître les contraintes que font peser les inégalités sur leurs perspectives futures, ils seront bien plus à même de faire appel aux responsables politiques afin d’y remédier.Il nous faut sortir de cette approche instrumentale et nous concentrer sur la création d’un « cerveau » européen, d’une instance d’arbitrage capable, à partir d’une vision partagée, de prendre des décisions, de déclarer la guerre et de faire la paix.

Publicités