Un système unique au monde

Pour avancer avec la réalité mouvante, c’est en elle qu’il faudrait se replacer.Sans doute la science commence par assigner à cette mobilité un support.Or, je le demande, troubler l’échange libre des services, n’est-ce pas nier l’harmonie des intérêts ?Ceux qui m’arrêtent par cette réflexion n’oublient que deux choses, deux symptômes ou plutôt deux aspects de nos sociétés modernes : les doctrines dont les théoriciens nous inondent et les pratiques que les gouvernements nous imposent.Une des thèses du pessimisme, c’est que, le plaisir supposant le désir, et le désir se ramenant le plus souvent au besoin, conséquemment à la souffrance, le plaisir suppose ainsi la souffrance et n’est qu’un instant fugitif entre deux états pénibles.Même si on perçoit la volonté du gouvernement de simplifier le projet de loi et de régler les problèmes les uns après les autres, on ne peut pas croire qu’un texte régulant les rapports entre les différents niveaux institutionnels de la République puisse être à ce point déconnecté des grands secteurs d’avenir.Ces deux pays désapprouvent leurs politiques économiques respectives : les États-Unis demandent une réévaluation plus rapide de la devise chinoise et la Chine dénonce la politique monétaire américaine laxiste qui affaiblit le dollar.Parce qu’il faut un peu plus de moyens pour assurer une ouverture de qualité, l’occasion en est donnée : pourquoi ne pas créer un fonds de soutien auquel serait affectée une partie des recettes fiscales produites par la consommation du dimanche ?En effet, elles aussi, ont rapidement compris l’intérêt d’optimiser et de rationaliser leurs choix d’investissement public grâce à ce levier qui n’est en rien une privatisation déguisé ou une externalisation de la dette publique, contrairement aux idées reçues.Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Tu fais mal si tu fais l’éloge de quelque chose que tu ne comprends pas bien ; et si tu blâmes, tu fais plus mal encore « .Nous nous garderons donc d’attribuer aux quinzième, seizième et dix-huitième siècles (encore moins au dix-septième, si différent, et qu’on a considéré comme une parenthèse sublime) des préoccupations démocratiques comparables aux nôtres.Si nous pouvions établir que l’idée de néant, au sens où nous la prenons quand nous l’opposons à celle d’existence, est une pseudo-idée, les problèmes qu’elle soulève autour d’elle deviendraient des pseudo-problèmes.

Publicités