Peur pour l’Espagne

Mais en pratique, sommes-nous réellement prêts à vivre en permanence avec la menace d’une alerte positive ou négative sur notre santé artérielle ?Ce qui manque à la France ?Les ouvriers parisiens sont exterminés ; la basilique est construite… Et aujourd’hui, ce sont les galonnés, les Tartufes de ce temps-là, et les avortons intellectuels qu’ont pondus leurs femelles, qui psalmodient les litanies des chères provinces, qui prêchent le culte de la patrie, qui crient Vive l’armée !Ce fut le seul vestige de royauté que les Romains conservèrent parmi eux.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » La sottise est le bouclier de la honte, comme l’insolence est celui de la pauvreté « .Tenons-nous ici une de ces représentations que nous appelons « réellement primitives », spontanément formées par l’humanité en vertu d’une tendance naturelle ?Sans doute parce que, dans l’esprit collectif auquel les universitaires échappent sans doute moins qu’ils ne le croient, le personnage de l’Ecossais provoque un malaise.Chacun de nous ne la connaît par expérience qu’en lui-même.Ne se trouvera-t-il personne qui renverse ces titres fastueux, qui apprenne à cet empereur qu’il est un monstre, et rende à la vertu des titres usurpés par le vice ?Certes, les questions du coût du foncier, du poids des normes et de la capacité de financement des acquéreurs sont essentielles.Et c’est pourquoi nous imaginons cà et là, dans le cerveau, des boîtes à souvenirs qui conserveraient des parties du passé, — le cerveau se conservant d’ailleurs lui-même.Ce qui nuit d’ordinaire au rapprochement, c’est l’habitude prise d’attacher le mouvement à des éléments, — atomes ou autres, — qui interposeraient leur solidité entre le mouve­ment lui-même et la qualité en laquelle il se contracte.

Publicités