La protection de l’e-réputation n’est pas une science exacte

Supposons que l’objectif réel du parti de la majorité soit moins un résultat positif, peu probable dès le début de la campagne, que le changement des règles du jeu.Il est évident que l’État et la meute de privilégiés qui le représentent, l’Église infâme, feraient tout pour empêcher cette politique de porter ses fruits.Or, l’expérience était loin de donner raison ici à la théorie, puisqu’elle montrait presque toujours, partiellement et diversement réunies, plusieurs de ces lésions psychologiques simples que la théorie isolait.Il a été en outre promis de détaxer les plus-values sur actions en cas de conversion de titres sur le long terme Des marges de taxation seraient donc, théoriquement, envisageables de ce côté.Comment se comporteront les passagers des premières voitures entièrement automatiques ? Comment assister un véhicule capable de trouver seul une place de parking ? Quelles données souhaiteront partager les conducteurs des véhicules connectés ? Quelles attentes pour des voitures partagées ou en libre-service ? Qui sera responsable d’un accident de voiture 100% automatique ?Constructeurs, assisteurs et assureurs doivent trouver la solution en écoutant les conducteurs.En un sens, tous ses souvenirs différeraient de sa perception actuelle, car, si on les prend avec la multiplicité de leurs détails, deux souvenirs ne sont jamais identiquement la même chose.L’idée de Gestion ereputation, consiste « à se consacrer aux gens qui cherchent un travail plutôt qu’à les préparer pour les études ».Tout ce qu’on leur rabâche au sujet de la liberté qu’ils possèdent n’est que mensonge et qu’hypocrisie.Or, cet effort n’eût pas été possible sans la matière : par la résistance qu’elle oppose et par la docilité où nous pouvons l’amener, elle est à la fois l’obstacle, l’instrument et le stimulant ; elle éprouve notre force, en garde l’empreinte et en appelle l’intensification.Ces questions, un mystique estimera qu’elles ne se posent même pas : illusions d’optique interne dues à la structure de l’intelligence humaine, elles s’effacent et disparaissent à mesure qu’on s’élève au-dessus du point de vue humain.Il consiste à chercher l’original dans la traduction, où il ne peut naturellement pas être, et à nier l’original sous prétexte qu’on ne le trouve pas dans la traduction.

Publicités