Le plafond pour éviter la catastrophe

Ils s’en montreront dignes, à leur façon ; n’en doutons pas.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » La nature est remplie d’une infinité de raisons dont l’expérience n’a jamais vu la trace « .qu’il va dire : « Arrière les restrictions ; arrière les entraves ; arrière les monopoles ; arrière les interventions gouvernementales au profit d’une classe ; arrière les lourds impôts ; arrière les intrigues diplomatiques et politiques !Mais l’effroi dont ces classes sont saisies n’est-il pas un châtiment mérité ?Mais cette conclusion nous avec plus de force encore si nous serrons de plus près la réalité concrète, si nous considérons, non plus seulement la matière en général, mais, à l’intérieur de cette matière, les corps vivants.L’imprégnation coloniale des réflexes est telle que plus personne ne s’étonne de voir Nicolas Sarkozy mettre la main sur le coeur pour écouter La Marseillaise et Alain Juppé s’exprimer en anglais à l’ONU.Là est précisément l’illusion.Les principaux arguments avancés par les soutiens de cette mesure phare sont nombreux.Au point de vue strictement militaire, par exemple, on sait que l’armée française comprend un bon nombre d’officiers capables, intelligents et retenus généralement, de parti-pris, dans des situations inférieures ; ils prendront la place des dégoûtantes nullités qui se seront effondrées dans le mépris et l’exécration publique.Nous avons donc, parmi les forces intérieures, le sentiment d’une force qui n’est pas insurmontable, mais qui est pour nous indestructible (ou du moins qui nous semble telle d’après une série d’expériences).Connaissant les soldes primaires que dégagent ou dégageront les économies en 2014-2015 et les taux d’intérêt auxquels se financent aujourd’hui, je regarde maintenant à partir de quelle croissance nominale, leur dette peut se stabiliser à court terme.Ce futur, c’est par l’emploi de la force seulement que le prolétariat peut espérer l’atteindre.

Publicités