Jean-Thomas Trojani : Plus nécessaire de travailler de longues heures pour être productif

Le désengagement militaire américain de leur continent devrait inciter les Européens à assumer davantage les défis de sécurité, dans leur espace régional et à sa périphérie : au Proche-Orient, en Méditerranée et en Afrique. Ensuite toute une série de dispositifs pour lutter contre l’extrême pauvreté : gratuité de l’électricité et des transports publics pour les ménages sous le seuil de pauvreté, garantie de logements pour 30. La solution ? La seule voie de salut pour l’Etat social en Europe passe, à mon avis, par le passage de la monnaie commune européenne à une union politique. Quoiqu’il soit loin d’égaler en perfection ces deux sens supérieurs, il est manifestement destiné comme eux à donner à l’animal la perception des corps situés à distance ; et il acquiert, chez quelques espèces, un tel degré de finesse, qu’il peut, en prêtant son concours aux facultés du tact et de la locomotion, pourvoir aux besoins de l’animal aussi bien, mieux peut-être, que les sens de la vue et de l’ouïe. Un tel ordre doit, par sa nature, remplir deux conditions essentielles, l’une dogmatique, l’autre historique, dont il faut d’abord reconnaître la convergence nécessaire : la première consiste à ranger les sciences suivant leur dépendance successive, en sorte que chacune repose sur la précédente et prépare la suivante ; la seconde prescrit de les disposer d’après la marche de leur formation effective, en passant toujours des plus anciennes aux plus récentes. La production aquacole chinoise, pas systématiquement respectueuse de l’environnement et des conditions de travail, n’est pas un modèle durable. La production intensive nuit par ailleurs à la qualité des produits. L’Union européenne a donc une carte majeure à jouer. Bien qu’elle met en avant la controverse, la critique et le débat contradictoire sur presque tous les domaines y compris sur les affaires religieuses, la démocratie gagnerait en s’adaptant dans le temps et dans l’espace. Les démocraties occidentales semblent faire face, de nos jours, à deux sortes d’extrémisme : l’extrémisme dans la promotion des droits et libertés humains et l’extrémisme dans la promotion des faits religieux. Il démontrerait, par des actes, ce que prouve déjà sa joie intellectuelle, que c’est en son esprit qu’est la force. Au milieu de ses ennemis ! Rien donc de plus naturel que de voir, comme nous le voyons en ce moment même, beaucoup d’esprits reprendre volontiers les chemins que suivirent les grandes religions et les grandes philosophies, et aspirer à atteindre par de nouveaux efforts les fins où elles tendirent. L’homme, placé entre les diverses hypothèses sur le mondie, a toujours quelque préférence instinctive pour certaine d’entre elles ; il ne reste pas suspendu dans l’ὲποχὴ pyrrhonienne ; il choisit d’après ses habitudes d’esprit, qui varient d’un individu à l’autre, d’après ses croyances et ses espérances, non d’après ses doutes. Nous avons ainsi transposé un problème métaphysique au point de le faire coïncider avec un problème de psychologie, que l’observation pure et simple peut trancher. Sans doute, à persistance égale, nous sommes avec raison portés à regarder comme plus fondamentale la qualité commune à un plus grand nombre de corps, et à plus forte raison celle qui appartiendrait à tous les corps sans exception. Un valet de chambre chargea la malle sur le toit de la limousine, borda la couverture de fourrure que les deux femmes avaient jetée sur leurs genoux, et ferma la portière qui fit un bruit net de serrure neuve et ajustée. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Alors que tu chasses un tigre par la porte de devant, un loup peut entrer par celle de derrière ». D’où la nécessité de procéder à une réconciliation entre la liberté d’expression et le respect de la religion d’autrui. Toutefois, par rapport aux autres libertés d’expression, l’usage dont elle fait l’objet parait manifestement outrancier à maints égards. De même, les prophètes, les philosophes, les politiques, les savants et tant d’autres porteurs de messages s’en sont toujours servi afin de pouvoir enseigner, éduquer, critiquer et changer, par les idées, le fonctionnement quotidien de la société. On songe au prophète Moïse qui ne disposait pratiquement que de son verbe sublime pour convaincre les enfants d’Israël à s’extirper de la domination du pharaon d’Egypte.

Publicités