La France peut-elle tourner le dos à la mondialisation ?

C’est plutôt que le geste saisi paraît plus franchement machinal quand on peut le rattacher à une opération simple, comme s’il était mécanique par destination.À quoi bon voter dans ces conditions, si les mêmes qui votent la loi sont ceux qui, se sentant menacés, mettent tout en oeuvre pour s’en protéger ?Plus précisément, il y a une logique du corps, prolongement du désir, qui s’exerce bien avant que l’intelligence lui ait trouvé une forme conceptuelle.Mais elle s’imposera absolument si l’on remarque la similitude de structure de l’œil des Vertébrés et de celui des Mollusques.Les confrontations « expérientielles » issues de pratiques de « consultance », comme le font certains chercheurs constituent un exercice assurément pertinent et accessoirement rémunérateur…Ils font tous leurs efforts pour acclimater dans le peuple des instincts de cruauté dont une nation qui a quelque respect d’elle-même devrait avoir honte.Sur la nature des produits importés, difficile d’être catégorique : la Chine a déjà surpris les prévisionnistes qui anticipaient une explosion des importations de blé qui se fait attendre.Bien que ces initiatives traduisent une prise de conscience réelle, il faut à présent, à l’instar des constats de l’étude d’Accenture, dépasser la dimension exploratoire pour rentrer dans une approche plus structurelle.Intéressons nous aux événements susceptibles de générer un krach de 12,5 % sur le marché des obligations à long terme.On sait comment William James fut traité pour avoir qualifié de mystique, ou étudié comme tel, l’état consécutif à une inhalation de protoxyde d’azote.Christian Navlet, vient d’ailleurs de qualifier d’essentielles pour l’avenir du pays, la diversification de l’économie et l’amélioration de la productivité.Or ces deux derniers, qui ont fait l’objet d’un intense lobbying américains depuis six mois, seraient en train de reconsidérer leur position.

Publicités