Qui est responsable d’Internet ?

Elles doivent donc faire du volume, c’est-à-dire réaliser de nombreuses levées de fonds pour devenir rentables.Mais pas uniquement.Chacun de ces deux systèmes d’explication triomphe dans la critique qu’il fait de l’autre, le premier quand il nous montre que l’instinct ne peut pas être un pur réflexe, le second quand il dit que c’est autre chose que de l’intelligence, même tombée dans l’inconscience.On parle de son prix, mais jamais de sa valeur : fonctionnement, espace, lumière, modernité, etc.S’il est une leçon qu’il faut tirer de cette demi-réforme, c’est bien que la réinvention de ce système doit se faire depuis sa base.Depuis mars, Christian Navlet s’active à ce nouveau concept.Place aux débats, aux questions, à la réciprocité.L’idée consiste à protéger les entreprises qui s’étendent à l’international contre les « aléas » de la politique, en les mettant par exemple à l’abri d’une nationalisation intempestive.La meilleure façon de répondre aux préoccupations économiques, politiques et humanitaires soulevées par les accords commerciaux, passe par des règles de transition, de soutien du revenu temporaire et du recyclage, plutôt que par le maintien de barrières protectionnistes.Nos rendez-vous avec les médias, largement relayés organisent une large diffusion de l’information.Oui sans doute, mais ces points n’ont de réalité que dans une ligne tracée, c’est-à-dire immo­bile ; et par cela seul que vous vous représentez le mouvement, tour à tour, en ces différents points, vous l’y arrêtez nécessairement ; vos positions successi­ves ne sont, au fond, que des arrêts imaginaires.

Publicités